Enquête sur la situation des associations en 2018 - 2019X090EC

Statut de l'enquête

Statut de l'enquête
Parue au journal officiel du 25/07/2019
Numéro de visa 2019X090EC
Statut de l'enquête Enquête d'intérêt général et de qualité statistique à caractère obligatoire
Enquête nouvelle/édition Rééditée avec une périodicité supérieure à 1 an
Initiative Enquête d'initiative nationale ou régionale

Champs de l'enquête

Champs de l'enquête
Champ statistique couvert

Les unités enquêtées sont les associations, répertoriées et/ou au répertoire Sirene, et réputées actives au cours de l’année 2018 et/ ou au répertoire national des associations.

Champ géographique France entière (métropole et départements d’outre-mer)

Présentation de l'enquête

Présentation de l'enquête
Objectifs

Dans le prolongement de celle de 2014, l’enquête Associations 2019 a pour objectif de fournir des données statistiques de cadrage sur l’ensemble des associations relevant de la loi 1901 et assimilées et exerçant effectivement une activité, quel que soit le domaine et qu’elles emploient ou non des salariés.

L’objectif est de dénombrer les associations actives par domaine d’activité, d’évaluer le nombre de leurs adhérents, leurs ressources financières et humaines (salariés et bénévoles).

Thèmes du (ou des) questionnaires

Les thèmes portent sur la caractérisation des activités (principale et éventuellement secondaires) selon une nomenclature autant que faire se peut identique à celle de 2014, les ressources humaines et financières des associations (salariés, volontaires, bénévoles, d’une part ; dons, cotisations, mécénat, financements publics, d’autre part), leurs dépenses (salaires, dépenses courantes …), leur organisation (appartenance à un réseau, …) et leur rayon d’intervention.

Le volet conçu en 2014 sur l’évolution récente de leur situation et des éventuelles difficultés qu’elles ont pu rencontrer pour exercer leur activité au cours des trois dernières années sera conservé si le test en cours du questionnaire confirme que cela est possible.

L’enquête de 2014 comportait deux questionnaires, celui pour les associations non employeuses étant nettement moins détaillé que celui pour les associations employeuses.

Sur la population des associations non employeuses, l’objectif prioritaire demeure d’estimer un nombre d’associations actives par domaine d’activité. Dans son état actuel, le questionnaire des associations non employeuses est aussi élargi, notamment sur l’origine des ressources et sur les charges, en le rapprochant le plus possible du questionnaire adressé aux associations employeuses. Cette demande émane au premier chef du comité de concertation réuni autour de l’enquête. Le test en cours à l’automne 2018 permettra de trancher sur ce point.

Historique

Il s’agit de la reconduction d’une première enquête menée en 2014. Le questionnaire est réaménagé pour tenir compte des enseignements de l’enquête de 2014, aussi bien les enseignements de la collecte que ceux de l’exploitation des résultats.
L’enquête réalisée en 2014 constituait une première pour la statistique publique, qui n’avait jamais enquêté directement les acteurs associatifs. Elle répondait notamment à une des recommandations essentielles du rapport « Connaissance des associations » du Cnis publié en décembre 2010.

Hors statistique publique, un dispositif d’enquête périodique interrogeant directement les associations préexistait : l’enquête « Paysage associatif français » réalisée par le Centre d’économie de la Sorbonne (CES) en partenariat avec le CNRS. Plusieurs vagues d’enquête se sont succédées depuis le début des années 2000.

Cette enquête du CES apporte des enseignements importants sur le fonctionnement du monde associatif. Cependant, elle ne permet pas d’établir des statistiques sur l’ensemble des associations faute de s’appuyer sur un répertoire central exhaustif des associations : certains biais peuvent affecter la constitution de l’échantillon et le redressement de la non-réponse (les questionnaires sont envoyés aux mairies qui les communiquent ensuite aux associations de leur commune, mais il est possible certaines associations ne soient pas identifiées comme telles par des mairies, notamment dans le domaine sanitaire et médico-social).

Faits marquants précédentes éditions

Des progrès sensibles ont été réalisés à l’occasion de la préparation de l’enquête de 2014 et de l’exploitation de ses résultats La construction d’une base de sondage exhaustive des associations effectivement actives demeure une des principales difficultés de l’enquête 2019.

L’Insee a dégagé des moyens significatifs pour améliorer la qualité du répertoire Sirene sur le segment associatif en créant un pôle spécialisé au Centre statistique de Metz. Cet investissement est encore trop récent pour bénéficier à la construction de l’échantillon de l’enquête de 2019.

Concertation

Un comité de concertation a été réuni en mai 2018. Il a réexaminé essentiellement le protocole et questionnaire de l’enquête de 2014 et permis d’orienter les modifications à y apporter.

Ce comité a rassemblé les acteurs du monde associatif intéressés à l’enquête, les universitaires spécialistes, à commencer par le Centre d’économie de la Sorbonne, les acteurs représentatifs comme le Mouvement associatif, le Réseau national des maisons des associations, le Cncress, des représentants de l’Etat comme la DJEPVA, le Haut Conseil à la vie associative, les services statistiques ministériels concernés (Meos, Deps-Culture, SIES, la Dares et le bureau statistique de la DGFiP ont été consultés). Les diverses organisations syndicales de salariés et d’employeurs ont été contactées, ont finalement répondu présent des représentants de l’Udes (Union des employeurs de l’économie sociale) et de la CFDT.

Origine de la demande

L’enquête est d’initiative nationale. Elle répond directement à une des recommandations essentielles du rapport « Connaissance des associations » du Cnis publié en décembre 2010. L’avis de moyen terme du Cnis pour la période 2014-2018 préconisait la réalisation régulière de l’enquête sur les associations (avis n°2 de la commission Entreprises et stratégies de marché), précisé par l’avis issu de la réunion de la commission du 30 mars 2016, qui préconise un rythme quinquennal. L’enquête de 2019 s’inscrit donc directement dans ce calendrier.
Conformément aux recommandations du rapport du Cnis, un des objectifs de l’enquête Associations est aussi de contribuer à la construction des comptes nationaux, à commencer par le compte des ISBLSM (institutions sans but lucratif au service des ménages). Le compte des ISBLSM utilise jusqu’à maintenant des données de cadrage issues de l’enquête Paysage associatif du Centre d’économie de la Sorbonne, un des objectifs de l’enquête de l’Insee est de prendre le relais dans le champ de la statistique publique. Cette évolution sera étudiée dès l’automne 2018, lors de la mise en place des « chantiers » relatifs au prochain changement de base des comptes.

Les résultats de l’enquête Associations intéressent plusieurs services statistiques ministériels (SSM), la Meos (ministère chargé de la Jeunesse et des sports), le Deps (ministère de la culture), la Dares (ministère du Travail) et Drees (ministère de la Santé).

Le milieu associatif organisé, les chercheurs et les élus sont aussi des utilisateurs de ces résultats

Place dans un dispositif statistique

L’enquête est la seule dans le système statistique public couvrant l’ensemble du monde associatif et ayant les associations comme unités enquêtées.
Différents dispositifs ont permis de collecter de l’information auprès des ménages portant sur la participation associative, notamment les enquêtes sur les conditions de vie (EPCV, puis ERCV, enquête Emploi du temps). Ces enquêtes portent sur le seul champ des ménages ordinaires. Elles ne couvrent pas les participations associatives des entreprises, des collectivités et organismes publics, et excluent les personnes vivant en ménages collectifs et les enfants. Enfin, elles font appel à la mémoire des enquêtés, ce qui est susceptible de minorer la participation associative.
Ces enquêtes ne permettent bien entendu pas d’évaluer le poids économique des associations.

Caractéristiques techniques

Caractéristiques techniques
Période de collecte

4e trimestre 2019

Mode de collecte

La collecte par Internet est privilégiée. Cependant, comme en 2014, deux modes de collecte seront proposés aux associations non employeuses dès le courrier de lancement de l’enquête. Le questionnaire papier et les informations pour se connecter sur le site de collecte par Internet y sont insérés.

En 2014, les associations employeuses avaient répondu à 80 % par Internet, soit un taux inférieur mais relativement proche de celui des enquêtes « classiques » auprès des entreprises. En revanche, le taux de réponse par Internet des associations non-employeuses était beaucoup plus faible, moins de 60 %. Il est donc important de conserver pour l’enquête de 2019 la possibilité de répondre à un questionnaire papier.

Contraintes pour l'enquêté

Les temps de réponse médian constatés lors de l’enquête de 2014 sont relativement élevés : 90 minutes pour les associations employeuses et 30 minutes pour les non-employeuses. Il faut souligner que ces unités ne sont jamais interrogées par les autres enquêtes de la statistique publique, à quelques exceptions près de grandes associations à caractère marchand interrogée par l’ESA (enquête sectorielle annuelle).

Sachant que le projet est de rapprocher questionnaire destiné aux non-employeuses de celui destiné aux employeuses, il est probable que les temps de réponse se rapprocheront. Actuellement en cours, le test des questionnaires permettra de trancher sur la faisabilité d’interrogation plus complète des associations non-employeuses.

Plan de sondage

Comme lors de l’enquête de 2014, seront utilisés pour constituer les bases de sondage à la fois le répertoire Sirene et le répertoire national des associations (RNA) géré par le ministère de l’intérieur.

Une première base de sondage sera constituée à partir des associations employeuses (masse salariale non nulle en 2018 selon la source Epure) répertoriés par Sirene. Sirene permet la construction d’un plan de sondage stratifié selon l’activité principale exercée, la tranche l’effectif salarié et la date de création de l’association.

Les associations de 200 salariés ou plus seront enquêtées exhaustivement.

De plus, l’expérience de l’enquête de 2014 montre qu’il est intéressant de créer des strates spécifiques pour certains types d’associations ayant un poids significatif sur les résultats, à savoir les fédérations de grande taille (fédérations nationales, parfois régionales) et les organisations en charge de la collecte de fonds (caisses de congés payés, groupes paritaires de protection sociale, autres organismes chargés de la collecte de fonds de la formation professionnelle par exemple).

Une deuxième base de sondage sera constituée par les associations non-employeuses répertoriées par Sirene, une troisième par les associations inscrites au RNA et ne faisant pas partie des deux premières bases. La stratification de l’échantillon tiendra compte de l’activité déclarée et de l’ancienneté des unités avec tirage systématique par région et taille de la commune d’implantation au sein de chaque strate.

Taille de l'échantillon 34000

Service producteur et diffusion

Service producteur et diffusion

Avis d'opportunité

Avis d'opportunité
Date commission/formation 12/10/2018
Date début de validité 01/01/2019
Date fin de validité 31/12/2019
Commission Cnis Entreprises et stratégies de marché
Télécharger l'avis ao_2018_insee_associations2019 (pdf - 263 Ko)

Avis de conformité (ou d'examen)

Avis de conformité (ou d'examen)
Date commission/avis 17/04/2019
Date début de validité 01/01/2019
Date fin de validité 31/12/2019
Commission label Entreprises
Télécharger l'avis ac_2019_dse_situation_des_associations_2018 (pdf - 146 Ko)