Étude Longitudinale par Internet Pour les Sciences Sociales (ELIPSS)

Statut de l'enquête

Statut de l'enquête
Initiative Enquête d'initiative nationale ou régionale
Contenu du questionnaire Sans lien avec un règlement européen

Champs de l'enquête

Champs de l'enquête
Unité statistique enquêtée Individu ou ménage 
Champ statistique couvert

Le champ de l’enquête est composé de l’ensemble des individus résidant en ménage ordinaire en France métropolitaine, âgés de plus de 18 ans, lisant suffisamment le français pour répondre à des questionnaires auto-administrés et acceptant de faire partie du panel. La participation de l’individu sera actée par la signature d’une convention avec le Centre de Données Socio-Politiques (CDSP) valant consentement libre et éclairé.

Champ géographique France métropolitaine (hors Corse, sauf si le budget le permet).

Présentation de l'enquête

Présentation de l'enquête
Titre du(es) questionnaire(s)

Le projet de panel ELIPSS prévoit la passation d’une trentaine de minutes de questionnaire par mois, en pluriannuel. Ces questionnaires auront tous des titres différents, et porteront sur diverses questions de sciences sociales au sens large. Un questionnaire principal, portant sur diverses questions de sciences sociales, sera posé tous les ans (description du questionnaire ci-dessous).

Objectifs
L’objectif du panel ELIPSS est de mettre à disposition un outil de collecte de données à des fins de recherche scientifique ou statistique. Cet outil se prêtera par exemple à diverses expérimentations d’enquête en population générale. Toute finalité commerciale en est exclue.
Thèmes du (ou des) questionnaires

Un questionnaire principal, adapté de l’enquête annuelle passée tous les ans dans ELIPSS depuis 2013, comprendra plusieurs thématiques de sciences sociales. Les thématiques prévues sont : Description socio-démographique de l’individu et du ménage, Travail et formation, Logement et quartier, Revenus et patrimoine, Sociabilité, Loisirs, Religion, Politique, Santé, Habitude de vie et Pratiques Numériques.

Pour les autres enquêtes, les thèmes abordés seront ceux des projets qui seront retenus par le Comité scientifique et technique, composé de personnalités qualifiées du milieu universitaire, de la statistique, et de la documentation. Ces enquêtes auront en commun un ensemble d’informations socio-démographiques collectées chaque année et actualisables à chaque interrogation. Aucune thématique n’est a priori écartée. Aucune démarche commerciale ne sera associée au panel. L’appariement des informations du panel avec d’autres données extérieures (fiscales, santé, etc.) est exclu, au-delà des données disponibles dans la base de sondage.

Historique

Le dispositif proposé s’inscrit dans la continuation du panel ELIPSS, qui a permis de recueillir des données quantitatives sur un échantillon aléatoire de 2012 à 2019. Nous souhaitons recruter en fin 2019 un échantillon de rafraîchissement pour le panel.

Pionnier en France dans la mise en place de panel Internet aléatoire pour la recherche, ELIPSS repose sur un dispositif inédit jusqu’alors : une démarche probabiliste généralisée, l’inclusion des personnes non connectées à Internet et des conditions de réception équivalentes pour tous les enquêtés qui disposent du même équipement.

Initiée en 2012 avec un recrutement d’un peu plus de 1000 panélistes, la phase de mise en place a duré jusqu’en 2016. Au cours de cette période il a fallu définir la méthode de recrutement, développer les procédures automatisées pour suivre les panélistes, définir les spécificités du design de questionnaire, développer les modalités de traitement des données et d’appariement, et créer différents outils dédiés au projet : logiciel de gestion de panel, application ELIPSS, site web des panélistes, conception de l’infrastructure informatique etc.

En 2016, un nouveau recrutement a été mené et 2 500 nouveaux panélistes ont rejoint le dispositif. Avec les 800 panélistes restants de l’étude pilote, le panel ELIPSS comptait donc 3 300 individus dans le cadre du panel élargi.

Les enquêtes passées dans ELIPSS étaient proposées dans le cadre d’appels à projets et sélectionnées par le comité scientifique et technique DIME-quanti, axe quantitatif de l’Equipex (Equipement d’excellence, financé par le programme Investissements d’avenir) DIME-SHS (Données, Infrastructure et Méthodes d’Enquête en Sciences Humaines et Sociales), composé de 15 experts spécialistes des enquêtes par questionnaire issus de différentes disciplines des sciences sociales (sociologie, science politique, économie, psychologie sociale) dont un représentant de l’INSEE. Cet Equipex a, pour le projet ELIPSS, permis de financer la création d’ELIPSS au CDSP et la passation des questionnaires.

Alors que le projet ELIPSS de 2012 à 2019 reposait sur la fourniture d’une tablette et d’un abonnement Internet pour chaque répondant, le nouveau dispositif prévu ferait l’économie de cet équipement, moins nécessaire aujourd’hui, pour le remplacer par des gratifications.

Faits marquants précédentes éditions

72 dossiers ont été déposés. Ces projets ont impliqué plus de 375 personnes et englobent tout le spectre des sciences sociales en termes de diversité des labos et de variété des disciplines: sociologie, science politique, démographie, géographie, économie, psychologie sociale, psychologie, marketing, histoire, santé publique, biologie évolutive, nutrition, architecture, criminologie, etc. 42 projets ont été acceptés. Plus de 70 terrains d’enquête ont été réalisés avec des taux de réponse supérieurs à 80%. Enfin, début 2019, 53 jeux de données ont déjà été mis à disposition de l’ensemble de la communauté académique à partir du portail PROGEDO Quetelet Diffusion. Au final, ce dispositif gratuit et ouvert à l’ensemble de la communauté scientifique a permis d’accompagner de nombreux programmes de recherches originaux.

Le dispositif ELIPSS a été présenté à de nombreuses reprises depuis 2013, dans de grands instituts français (INSEE, INED, CEREQ), dans des séminaires (Société française de statistique, Association française de science politique, Université de Lausanne, Université de Mannheim), dans des conférences en France et à l’étranger (conférence internationale des utilisateurs de Blaise, colloque francophone des sondages, European Survey Research Association – ESRA, European Sociological Association – ESA, Association française de sociologie – AFS, Webdatanet, Journée de méthodologie statistique de l’INSEE, World Association for Public Opinion Research – WAPOR, European Congress of Methodology). De plus, les chercheurs ayant réalisé une enquête grâce au panel ELIPSS ou ayant réutilisé les données d’une enquête ELIPSS ont présenté leurs résultats lors d’une trentaine de communications dans des séminaires et des conférences, en particulier lors des deux ateliers consacrés à l’instrument DIME-Quanti à l’occasion des dix ans du CDSP, ou lors du colloque DIME-SHS de septembre 2018. On compte plusieurs articles utilisant les données ELIPSS et déjà un ouvrage paru. Il est à noter aussi qu’un ouvrage collectif construit autour des différentes enquêtes réalisées est en cours de préparation. Enfin, un colloque de clôture de DIME-SHS en fin 2019 sera l’occasion d’un retour sur les résultats scientifiques obtenus à l’aide du panel ELIPSS.

Concertation

Dans l’objectif de refondre le questionnaire de l’enquête annuelle, administré tous les ans, une concertation scientifique sera organisée avant la fin de l’année 2019.

Les projets de recherche seront validés par le Conseil scientifique du CDSP. Le Conseil d’orientation du laboratoire, qui regroupera des membres d’institutions internationales ou étrangères et divers partenaires institutionnels, sera aussi garant des grandes orientations du panel.

De cette manière, le panel envisagé s’inscrit dans un projet à la fois national (constitution d’un panel de très grande qualité pour la recherche en sciences sociales) et international, par le biais des collaborations envisagées du dispositif avec les réseaux européens de panels similaires (LISS Panel, GESIS Panel) ou plusieurs grandes enquêtes comparatives (de type European Social Survey ou European Values Survey).

Origine de la demande

À l’origine du projet DIME-SHS se trouvent les nombreuses difficultés et le retard accumulé par la communauté académique française pour collecter des données en SHS soulignés par le rapport Silberman en 1999. L’équipement DIME-SHS s’est inscrit dans cette tradition tout en mobilisant les dernières technologies pour remplir ces missions. De 2012 à 2019 s’est donc progressivement mise en place puis déployée une expertise dans la conception, la passation et la documentation d’enquêtes quantitatives en sciences sociales dont la pérennisation apparaît cruciale aujourd’hui.

Le projet proposé cherche à pérenniser l’instrument quantitatif de l’Equipex DIME-SHS mis en oeuvre au CDSP de 2012 à 2019. Un recrutement aléatoire est essentiel afin de garantir des données de qualité. C’est pour cela que cette demande vise à nous permettre l’accès à la base Fidéli afin de pouvoir y tirer l’échantillon nécessaire au recrutement.

La demande d’un échantillon auprès de l’INSEE permettra de sauvegarder un des aspects essentiels du projet ELIPSS initial : la constitution d’un panel par sélection aléatoire au sein de la population générale. Cet aspect méthodologique constitue l’une des forces du dispositif et apparaît donc indispensable à la pérennisation du panel.

Place dans un dispositif statistique

Le panel ELIPSS est un dispositif d’enquêtes transversales ou longitudinales qui vise à compléter – par des projets scientifiques – ou permettre le développement de nouveaux moyens d’enquêtes des institutions publiques. Il permettra de mener des enquêtes sur des sujets non couverts par les enquêtes de la statistique publique, d’expérimenter pour cette dernière des questionnaires innovants, cela à travers notamment son échantillonage aléatoire et sa dimension longitudinale.

Parmi les sujets non-traités par la statistique publique couverts par ELIPSS, les opinions politiques et sociales ont une place importante : en effet, les questionnaires administrés de 2013 à 2019 ont porté sur de nombreuses questions d’opinion, telles que la politique, l’environnement, les représentations de l’Etat ou encore l’attitude face aux formes conjugales alternatives. Un autre thème d’enquête propre à ELIPSS est centré sur les pratiques numériques des répondants, s’inscrivant ainsi dans le prolongement des enquêtes Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) de l’INSEE.

À cet égard, ELIPSS devrait permettre de prolonger et généraliser l’œuvre entreprise au cours de DIME-SHS. Un autre aspect important du dispositif est de permettre des expérimentations au niveau du mode de collecte. En effet, dans la perspective de favoriser la passation de questionnaires en ligne plutôt qu’en face-à-face ou par téléphone, l’expérience acquise avec le panel ELIPSS est déterminante, tant du point de vue du design d’enquête que du suivi d’un panel en ligne.

Comme lors du précédent panel, il s’agira de collecter des données individuelles grâce à des questionnaires auto-administrés. La combinaison des données issues de projets de recherche avec celles des institutions publiques constitue une originalité dans le système statistique français. Le suivi des panélistes dans le temps permet, outre d’importantes économies de moyens, la constitution d’une variété de données impossibles à collecter autrement. Notons enfin que l’appariement de ces données individuelles issues d’enquêtes successives est strictement encadré (voir le point sur les utilisateurs).

Extensions géographiques

Aucune extension géographique n’est prévue.

Utilisateurs

Une fois anonymisées, les données collectées dans le cadre des projets de recherche sont mises à la disposition de la communauté de recherche internationale au fur et à mesure de leur collecte et dans les délais les plus brefs possibles (après un éventuel délai d’exclusivité pour les concepteurs de l’enquête) par le Centre de données socio-politiques. Le CDSP est l’un des trois centres d’archivage et de diffusion de données qui constituent le portail Quételet Progedo Diffusion. Les enquêtes sont documentées selon le standard Data Documentation Initiative (DDI) et diffusées par internet.

Outre les équipes à l’origine des enquêtes qui seront menées avec le panel, c’est donc l’ensemble des utilisateurs du portail Quetelet Progedo Diffusion qui ont accès aux données, sur justification d’une finalité de recherche. Dans le cadre de la pérennisation du dispositif, la mise à disposition des données ne devrait pas sensiblement changer. Un autre aspect important de la justification d’une finalité de recherche est le fait de contrôler qu’une même personne ne pourra bénéficier de données menaçant l’anonymat des personnes interrogées, par exemple par des combinaisons particulières de jeux de données.

Caractéristiques techniques

Caractéristiques techniques
Périodicité de l'enquête Mensuelle
Période de collecte

La période de collecte prévue pour l’enquête de recrutement devrait être entre septembre et décembre 2019.

Ensuite, les enquêtes devraient être administrées de janvier à décembre de chaque année (hors juillet et août).

Mode de collecte

Le mode de collecte envisagé est un questionnaire à remplir par Internet (Computer-Aided Web Interview) sur l’appareil du répondant. Il est envisagé de rendre possible la réponse à certaines enquêtes sur les smartphones des répondants.

Comitologie

Les questionnaires de l’enquête ont fait l’objet de discussions au sein du Comité scientifique et technique d’ELIPSS. Les membres de ce Comité jusqu’en 2019 sont :

  • Rémy Caveng, maître de conférences en sociologie à l’Université de Picardie Jules Verne (Centre Universitaire de Recherches sur l’Action Publique et le Politique, Centre européen de sociologie et de science politique et Laboratoire de Sociologie Quantitative) ;
  • Joanie Cayouette-Remblière, chargée de recherche en sociologie à l’INED ;
  • Jérôme Cubillé, chercheur à EDF R&D ;
  • François Denord, chargé de recherche en sociologie au CNRS (Centre européen de sociologie et de science politique) ;
  • Céline Goffette, enseignante-chercheuse en sociologie à l’ENSAE – CREST ;
  • Anne Jadot (présidente du CST), maître de conférences en science politique à l’Université de Lorraine
  • Dominique Joye, professeur de sociologie à l’Université de Lausanne ;
  • Cécile Lefèvre, professeur de sociologie à l’Université Paris Descartes (Centre de recherche sur les liens sociaux) ;
  • Muriel Letrait, ingénieur d’études à l’Université Paris Descartes (Centre de recherche sur les liens sociaux) ;
  • Pierre Mercklé, professeur de sociologie à l’Université Grenoble Alpes (Laboratoire PACTE) ;
  • Gaël de Peretti, administrateur INSEE, chef de la division Recueil et traitement de l’information au sein du Département des méthodes statistiques à l’INSEE, représentant de l’INSEE ;
  • Élise Tenret, maître de conférences en sociologie à l’Université Paris Dauphine ;
  • Loup Wolff, administrateur INSEE, chef du Département des études, de la prospective et des statistiques au Ministère de la culture et de la communication ;
  • Sonja Zmerli, professeur de science politique à Sciences Po Grenoble (Laboratoire PACTE).

François Beck, Michel Bozon, Bernard Denni, Julien Duval, Guy Michelat, Isabelle Récotillet et Karine van der Straeten ont participé au comité scientifique et technique entre 2012 et 2018. Pour chacune de ces personnes, l’expertise propre a été la raison du choix pour le Comité, plutôt que leur appartenance institutionnelle.

Contraintes pour l'enquêté

Malgré les contraintes certaines qu’engendre le dispositif prévu pour les panélistes, l’expérience précédente dans le cadre du panel ELIPSS montre que la constitution d’un panel de ce type est possible et qu’elle présente des garanties solides.

Pour les panélistes, la charge de 30 minutes par mois de questionnaire dont le contenu n’est pas connu à l’avance et dont les thèmes sont très divers, est importante, sans compter que l’accumulation de données personnelles au fil du temps peut susciter des craintes. Par ailleurs, il est prévu de poser des questions sensibles sur les comportements politiques ou les opinions, par exemple. Pour minimiser autant que possible les biais de sélection et l’attrition l’établissement d’une relation de confiance est fondamentale. Différentes méthodes pour limiter l’attrition seront en outre mises en œuvre. Lors du précédent exercice, ces incitations et encouragements à la réponse étaient de quatre types : publication de synthèses grand public, don d’une tablette et d’un abonnement internet 4G individuel, relances individuelles par courrier et téléphone. Si la tablette et l’abonnement ne seront pas reconduits, il est prévu de les remplacer par des gratifications, sous forme de bons cadeaux par exemple, plébiscités par la recherche méthodologique.

Afin d’alléger la charge des répondants, comme dans le cadre de DIME SHS, les questionnaires pourront être complétés en plusieurs fois et sur des supports différents. Un tronc commun comportant les principales caractéristiques socio-démographiques sera administré annuellement pour éviter la répétition de ces questions à chaque enquête. Plusieurs relances sont prévues.

A tout moment, le panéliste aura accès à l’état de sa participation par son profil personnel. Dans toute enquête, le panéliste est libre de ne pas répondre à un certain nombre de questions, à sa convenance. Une gestion de panel est prévue, qui permettra de répondre aux exigences de ce type de dispositif. Les gestionnaires de panel seront disponibles pour toute question via une permanence téléphonique.

Ces différents aspects ont permis, de 2013 à 2019, de limiter les contraintes pour les enquêtés. Pendant le précédent exercice, l’attrition est restée limitée (moins de 10% par an en moyenne), et les taux de réponse très hauts (plus de 80% en moyenne). Par ailleurs, un questionnaire de retours sur la participation à ELIPSS administré en mars 2019 a permis de recueillir les avis des panélistes : 95% de ces derniers ont déclaré avoir eu une expérience très satisfaisante ou satisfaisante avec le panel ELIPSS.

Organisme collecteur Le CDSP, fort de l'expertise accumulée au cours des sept années de DIME SHS, assurera la collecte des données par Internet au cours de l'année. L'enquête de recrutement sera réalisée par un ou plusieurs prestataires extérieurs.
Plan de sondage

Afin d’assurer la qualité de l’échantillon, ce dernier sera tiré si possible au sein de la base Fidéli, qui a l’avantage d’être individuelle et donc de permettre un recrutement facilité. Des recrutements complémentaires afin de pallier l’attrition et assurer la représentativité transversale de l’échantillon sont envisagés tous les deux ans. Enfin, un système de pondérations sera calculé afin de permettre des estimations, tant transversales que longitudinales.

Taille de l'échantillon 3000

Service producteur et diffusion

Service producteur et diffusion
Service(s) producteur(s) Institut d'études politiques de Paris (SciencesPo)
Partenariat Des partenariats sont envisagés avec diverses institutions publiques, telles que Santé Publique France ou l'INSEE par exemple. De même, plusieurs partenariats avec des universités ou centres de recherche sont en cours de mise en place.
Date prévisionnelle de la première publication

Courant de l’année 2021 pour les premiers résultats.

Avis d'opportunité

Avis d'opportunité
Date commission/formation 06/06/2019
Date début de validité 01/01/2020
Date fin de validité 31/12/2024
Commission Cnis Démographie et questions sociales
Télécharger l'avis ao_2019_sciences-po_enquete_elipss (pdf - 260 Ko)

Avis de conformité (ou d'examen)

Avis de conformité (ou d'examen)
Date commission/avis 27/09/2019
Commission label Ménages
Télécharger l'avis ae_2020_science_po_elipss (pdf - 214 Ko)