Enquête EPIdémiologie et Conditions de Vie liées au COVID 19 - EpiCov - vague T2 - 2020X711SA

Retour à la liste des enquêtes

Autres enquêtes de la même commission

Enquête suivante

Statut de l'enquête

Statut de l'enquête
Parue au journal officiel du 18/09/2020
Numéro de visa 2020X711SA
Enquête nouvelle/édition Nouvelle
Initiative Enquête d'initiative nationale ou régionale
Contenu du questionnaire Sans lien avec un règlement européen

Champs de l'enquête

Champs de l'enquête
Unité statistique enquêtée Individu ou ménage 
Champ statistique couvert

Le champ est constitué des individus résidant en France métropolitaine, dans les Antilles et à La Réunion (sauf ceux résidant en EHPAD, maisons de retraite et prisons) au 1er janvier 2018, âgés de 15 ans ou plus au 1er janvier 2020.  : L’objectif est de couvrir la population la plus large possible sous réserve de faisabilité immédiate, notamment s’agissant de base de sondage.

L’unité d’échantillonnage est l’individu. Ce dernier est sollicité pour le questionnaire phase 0, pour les prélèvements biologiques et pour les questionnaires ultérieurs. L’unité d’observation est l’individu ;  des questions lui sont aussi posées sur son ménage. Selon le type d’exploitation, il y a potentiellement deux unités d’intérêt : l’individu et le ménage.

Il est probable que, pour un sous-échantillon (par exemple 35 000 personnes), des questions plus spécifiques soient obtenus pour chaque membre du ménage (enfants et adultes), et qu’un auto-prélèvement soit proposé à chacun d’eux. Le but de ce sous-échantillon serait d’apporter de la connaissance sur la diffusion du virus intra-foyer.

 

Champ géographique EpiCov couvre la France métropolitaine, la Guadeloupe, la Martinique et La Réunion. En ce qui concerne la Guyane et Mayotte, le taux de couverture -plus faible- de la base de sondage (Fidéli), le taux d’équipement internet et la multiplicité des langues présentes sur ces territoires ne permettent pas d’obtenir des résultats représentatifs pour une enquête par internet et par téléphone. L’enquête sera représentative au niveau départemental (y compris dans les DOM enquêtés), et dans les aires urbaines de plus de 600 000 habitants, ainsi que dans l’aire urbaine de Mulhouse (point de départ de l’épidémie en France).

Présentation de l'enquête

Présentation de l'enquête
Objectifs

Le projet EpiCov est porté par l’Inserm et la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) du ministère des Solidarités et de la Santé, en lien avec leurs partenaires (Insee, Santé publique France, CNRS, Ined, Université Paris-Saclay). Il est constitué d’une enquête statistique en plusieurs vagues, visant à fournir une cartographie du statut immunitaire de la population et de sa dynamique, sur l’ensemble du territoire, via la collecte d’échantillons biologiques couplée à des questionnaires. L’objectif du projet EpiCov est de fournir d’une part, une cartographie précise du statut immunitaire de la population sur des paramètres de santé, de conditions de vie et d’inégalités sociales, et d’autre part, un suivi de la dynamique épidémique à court, moyen et long terme. Le déploiement dans des délais exceptionnellement rapides d’une cohorte de surveillance épidémique à grande échelle et statistiquement représentative à l’échelon départemental pourra nourrir les modélisations de l’épidémie. La taille de l’échantillon et le questionnaire doit permettre d’identifier et d’étudier la situation vis-à-vis de l’épidémie pour différents domaines de diffusion d’intérêt particulier : zones géographiques (départements ou métropoles particulièrement exposées à la maladie par exemple), groupes sociaux, etc.

Cette deuxième vague de l’enquête EpiCov a pour objectif la mesure précise de la prévalence de la maladie sur le territoire français à l’automne 2020, avec une précision départementale. Cette photographie du statut épidémique sera ensuite croisée avec les différentes thématiques traitées par le projet, permettant d’apporter des éclairages complémentaires sur la façon dont l’épidémie affecte de manière différenciée la population selon l’âge, la profession, le niveau de vie, les conditions d’habitation, etc. L’impact des mesures sanitaires sur la santé physique et mentale ainsi que sur les comportements fera également l’objet d’analyses approfondies.

Historique

La première vague de collecte a eu lieu entre le 2 mai et le 1er juin. Les premiers résultats à partir des réponses aux questionnaires et des sérologies ont été publiés à l’échelle nationale en octobre 2020, plus tardivement que prévu en raison du délai nécessaire pour obtenir les résultats des analyses sérologiques et pour interpréter convenablement les données des questionnaires.

Concertation

La concertation autour de l’enquête a dû se mettre en place dans des délais extraordinairement courts. En particulier, la concertation avec les partenaires sociaux n’a pas pu être mise en place. Le groupe de travail autour de cette enquête associe des membres de la Drees, l’Inserm (notamment CESP), l’Insee, l’Ined, Santé publique France (notamment UMR Vitrome et unité Enquêtes). Il s’est réuni 6 fois : le 24, 25, 26, 27, 31 mars 2020 et le 2 avril 2020.

Une réunion plus spécifique entre la Drees, l’Inserm et l’Insee concernant le plan de sondage a eu lieu le 3 avril 2020. Le groupe décisionnaire concernant la phase 0 de cette enquête est composé de la Drees, l’Inserm et l’Insee. Il s’est réuni 2 fois : le 2 avril 2020 et le 6 avril 2020.

Origine de la demande

Cette enquête est sans lien avec un règlement européen. L’enquête a pour objet, d’éclairer la décision publique, d’alimenter le débat public et de fournir des données pour la recherche. Elle répond à une double demande émanant d’une part du ministre de la santé qui souhaite connaître à court terme la part de la population française ayant contracté le covid-19 et d’autre part du ministère de la recherche via l’INSERM. Elle s’inscrit dans une initiative lancée dès le 16 mars par l’Institut Thématique Santé Publique (ITSP) de l’Inserm (directeur, Rémy Slama). L’ITSP  a proposé deux grandes recherches complémentaires : le volet SAPRIS auprès des volontaires de cohortes (Constances, E3N, Elfe, Nutrinet) qui associe des équipes de l’Inserm, de l’Ined, du CNRS et des universités et le volet EPICOV qui fait l’objet de la présente demande, menée auprès d’un échantillon représentatif de la population en collaboration avec la Drees. D’autres organismes ont été associés à la réflexion : Santé publique France, l’Ined, l’Insee, le CNRS, les universités.

Place dans un dispositif statistique

Étant donné le caractère exceptionnel de la période que nous vivons, nombre de projets d’enquêtes se sont montés ces derniers jours sur le coronavirus et le confinement.
La nécessité de faire vite a naturellement conduit ces projets à s’appuyer sur des dispositifs de collecte existants. Deux voies ont été privilégiées : les cohortes ou panel déjà en place et la diffusion des questionnaires via les réseaux sociaux.

Parmi les projets sur les cohortes ou panel, il est possible de citer ces initiatives :

– l’enquête Coconel  (COronavirus et CONfinement : Enquête Longitudinale) de l’UMR Vitrome (Vecteurs Infections tropicales et Méditerranéennes de l’Institut méditerranée infection) et de l’ORS PACA, qui utilise le panel en ligne commercial de l’IFOP ;

– l’enquête Coronavirus (Connaissances, perceptions et comportements à l’égard de l’épidémie du coronavirus et des mesures de confinement associées) de Santé publique France qui mobilise le panel en ligne commercial BVA ;

– un projet autour de la cohorte Tempo (jeunes adultes) portant notamment sur les impacts en matière de santé mentale et d’addictions ;

– l’enquête Coco (Coping with Covid : sujets sociaux, psychologique, politiques) intégrée au panel ELIPSS (Sciences-Po).

Parmi les projets diffusés sur les réseaux sociaux, il est possible de citer ces initiatives :

  • recueil des données de l’application StopBlues (Inserm) ; 
  • l’enquête Confins (vécu et conséquence du confinement) à partir de la cohorte d’étudiants i-Share et d’une diffusion par réseaux sociaux ; 
  • circulation de l’information scientifique (Sciences-Po) sur l’analyse des données publiées en ligne ;
  • l’enquête Covadapt (Étude des impacts et adaptation face à la crise du COVID-19), du Human Adaptation Institute (placé sous le Haut Patronage du Ministère de la Recherche de l’Innovation et de l’enseignement supérieur).

A notre connaissance, deux projets s’appuient sur des enquêtes de la statistique publique :

–  L’introduction dans l’enquête de conjoncture mensuelle auprès des ménages de l’Insee (CAMME) d’une plateforme en mai sur le coronavirus ;

– Le projet international COCLICO (confinement et santé mentale), mené en France par l’Irdes, en réinterrogeant des personnes de l’enquête santé européenne 2019.

De nombreux autres projets ont une approche qualitative sur la base d’entretiens, par exemple l’enquête ComCovid-19 : entretiens en profondeur sur santé mentale, adaptation psychosociale aux risques et au confinement, réactions à la communication nationale de santé publique, usages des médias (Université d’Aix-Marseille).

L’enquête EpiCov se distingue de ces études par la taille de la population sollicitée (370 000 personnes) et la méthode de sélection de cet échantillon (tirage aléatoire en population générale) permettant des résultats représentatifs à un niveau géographique fin (département) ainsi que par son volet biologique de grande ampleur. Cette enquête permettra également de découvrir et étudier la séroprévalence et les comportements de populations diverses, et notamment des populations vulnérables sur le plan des conditions de vie socio-économiques qui peuvent compliquer l’application des mesures de confinement et distanciation physique et l’accès aux soins.

L’opportunité n’est demandée que pour les enquêtes statistiques du dispositif.

La phase 0 d’EpiCov permettra à la fois de répondre à la demande politique de court terme, mais aussi de proposer et envoyer à tous les sujets un kit d’auto-prélèvement à domicile sous réserve de leur accord obtenu à la fin du questionnaire initial (internet ou téléphone).

Le questionnaire d’EpiCov phase 0 s’appuiera sur celui de Sapris pour assurer une comparabilité de questionnement sur les symptômes du coronavirus, les facteurs de risque aggravant la maladie (comorbidités par exemple) et les conditions de confinement.

Caractéristiques techniques

Caractéristiques techniques
Période de collecte

La deuxième vague de l’enquête (dite T2) aura lieu du 26 octobre à fin novembre 2020, en réinterrogeant les personnes ayant répondu en vague 1 (135 000 répondants). L’ensemble des personnes interrogées se verra proposer un kit d’auto-prélèvement pour réaliser une analyse sérologique, et une partie d’entre elles, échantillonnée aléatoirement à partir du plan de sondage réalisé pour la vague 1, recevra un kit pour chaque membre de son foyer âgé de 6 ans ou plus : cette analyse croisée des sérologies au sein d’un ménage permettra d’estimer l’ampleur des contaminations intra-familiales.

Mode de collecte

La collecte sera multimode pour tirer parti des informations de contact disponibles dans Fidéli (adresses postales, 70 % des logements avec au moins une adresse mail, 70 % des logements avec au moins un numéro de téléphone dont 45 % avec au moins un portable) dans le calendrier restreint de cette enquête. Il est envisagé :

● une annonce de l’enquête via courrier postal ;

● un envoi en parallèle de mails et de SMS lorsque c’est possible pour annoncer l’enquête ;

● des relances mail et SMS (trois pendant la durée de la collecte) , ne dépendant pas du mode initial de contact de manière à augmenter les chances d’atteindre les sujets échantillonnés;

● un questionnaire renseignable via internet et une possibilité de le remplir par téléphone en fonction de la disponibilité des plateaux d’enquêteurs ; cette possibilité pourrait être offerte à un sous-échantillon ciblé, par exemple les plus âgés dont on dispose d’un numéro de téléphone ou ceux qui n’ont qu’un numéro de fixe dans Fidéli.

Arriver à proposer l’enquête phase 0 à la personne échantillonnée pourra nécessiter un contact en deux étapes. En effet, le bon taux de mails et de numéros de téléphone dans Fidéli concerne le foyer et pas nécessairement la personne échantillonnée dans le foyer (cela peut concerner le conjoint par exemple). Ainsi, l’invitation à participer à l’enquête sera envoyée au contact, à charge pour lui de rediriger l’invitation vers la personne indiquée (la personne échantillonnée). Les données de l’enquête seront enrichies des données de tests d’immunité et des données des questionnaires ultérieurs. Un appariement sera ultérieurement mis en place avec le Système national des données de santé (SNDS) à partir de l’état civil complet disponible dans Fidéli.

Le recours à des tests biologiques sera mentionné dès la lettre-avis de l’enquête. Au cours du questionnaire, le dispositif sera présenté à l’enquêté et il pourra accepter ou refuser de recevoir un kit de prélèvement. Le kit lui sera ensuite envoyé. Le courrier accompagnant le kit précisera que le renvoi du prélèvement (une goutte de sang sur un buvard) vaut consentement à la recherche, ce consentement étant obligatoire pour les recherches en santé impliquant la personne humaine.

Contraintes pour l'enquêté

Pour assurer une bonne passation via internet, le questionnaire de la phase 0 ne durera pas plus de 30 minutes en moyenne. Ces questions sont issues du questionnaire SAPRIS. Le recueil est centré sur les symptômes du COVID-19 et les facteurs de risque pour ce virus (corpulence, grossesse éventuelle, comorbidités), sur le recours aux soins, la santé mentale, la composition du ménage, le lieu d’habitation,  la situation professionnelle, la vie quotidienne, etc.). Des questions seront introduites pour les besoins des redressements de l’enquête (calages notamment).

Organisme collecteur La collecte sera assurée par un prestataire privé. Un marché cadre avec un prestataire habituel de réalisation des grandes enquêtes de la statistique publique ou l’Ugap sera utilisé pour pouvoir mettre en œuvre l’enquête dans les délais, et devra se coordonner avec le ou les prestataires chargé de l’envoi des kits d’autoprélèvements. L’Insee sera également mobilisé pour le tirage de l’échantillon.
Plan de sondage

Les 135 000 participants à la première vague seront recontactés afin de répondre une nouvelle fois à un questionnaire d’une trentaine de minutes, par Internet ou par téléphone. À l’issue de ce questionnaire, il leur sera proposé de recevoir du matériel pour réaliser un auto-prélèvement sanguin qui servira à tester leur statut immunitaire. L’ensemble des participants pourront réaliser ce test, et une partie d’entre eux auront l’occasion d’obtenir un kit pour tester la sérologie des autres membres de leur ménage (âgés de 6 ans ou plus). Ces prélèvements ne seront pas obligatoires.

Service producteur et diffusion

Service producteur et diffusion
Service(s) producteur(s) Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees)
Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm)
Partenariat Co-Maîtrise d’ouvrage Drees - Inserm (Centre d’épidémiologie et de santé des populations (CESP), Inserm U 1018, 94800 Villejuif). Concertations menées avec Santé publique France, l’Ined et l’Insee Maîtrise d’ouvrage Inserm pour la partie prélèvements biologiques

Avis d'opportunité

Avis d'opportunité
Date commission/formation 14/04/2020
Date début de validité 01/01/2020
Date fin de validité 31/12/2020
Commission Cnis Démographie et questions sociales
Télécharger l'avis decision_opportunite_epicov_-rectif (pdf - 114 Ko)

Avis de conformité (ou d'examen)

Avis de conformité (ou d'examen)
Date commission/avis 17/08/2020
Date début de validité 01/09/2020
Date fin de validité 31/12/2020
Commission label Ménages
Télécharger l'avis ae_2020_inserm_epicovt2 (pdf - 164 Ko)