Enquête de conjoncture auprès des ménages mensuelle (CAMME) - 2019M035EC

Retour à la liste des enquêtes

Autres enquêtes de la même commission

Enquête suivante

Statut de l'enquête

Statut de l'enquête
Numéro de visa 2019M035EC
Statut de l'enquête Enquête d'intérêt général et de qualité statistique à caractère obligatoire
Enquête nouvelle/édition Reconduite par un nouvel avis d'opportunité (enquêtes annuelles ou infra-annuelles)
Initiative Enquête d'initiative européenne, dépendante d'un règlement européen (obligatoire)
Contenu du questionnaire Partiellement défini par un règlement européen

Champs de l'enquête

Champs de l'enquête
Unité statistique enquêtée Individu ou ménage 
Champ statistique couvert L’échantillon est constitué de ménages ordinaires équipés d’une ligne de téléphone et présents dans l’annuaire Pages Blanches et résidant en France métropolitaine. Le numéro de téléphone de contact est celui de la résidence principale du ménage. La personne interrogée est indifféremment le titulaire de la ligne ou son conjoint.
Champ géographique France Métropolitaine.

Présentation de l'enquête

Présentation de l'enquête
Objectifs Afin de suivre l'opinion que portent les ménages sur leur environnement économique et sur leur propre situation personnelle, une enquête de conjoncture auprès des ménages est réalisée chaque mois par les États membres de l'Union européenne. Cette enquête « consumer survey », baptisée CAMME en France, a pour objectif de recueillir, mois par mois, des informations sur le comportement des consommateurs, ainsi que sur leurs anticipations en matière de consommation et d'épargne.
Elle mesure également les phénomènes conjoncturels tels qu'ils sont perçus par les ménages (évolution des prix, etc.). L'enquête CAMME fournit ainsi une aide au diagnostic conjoncturel de l'économie française.
Un diagnostic conjoncturel et des prévisions à court terme de consommation des ménages est établi. Cette analyse est fréquemment commentée dans les médias sous la désignation de « moral des Français ».
Les ménages sont interrogés trois mois de suite.
Thèmes du (ou des) questionnaires Le questionnaire est organisé de la façon suivante :
- une partie introductive, le « module de gestion », qui permet de déterminer la personne qui doit répondre (le titulaire de la ligne téléphonique ou son conjoint, contacté à un numéro correspondant à une résidence principale),
- un module « sociodémographique », qui décrit succinctement le ménage et les caractéristiques du répondant lors de la première interrogation ;
- le module « conjoncture », composé des questions harmonisées au niveau européen. Au cœur du dispositif, il compte une partie « opinion sur la conjoncture générale en France», sur les 12 mois passés et sur les 12 mois à venir (situation économique générale, chômage, inflation, opportunité d’acheter, d’épargner …) et une partie « opinion sur la situation économique du ménage » également passée et à venir (niveau de vie, opportunité d’épargner, intentions d’achat d’un logement, d’une voiture…).
- enfin, le dispositif permet également, le cas échéant et sur un mois donné, d'ajouter une micro plate-forme de 20 questions maximum, sur des sujets très variables (questions d’actualité ou liées à la conjoncture).
Actuellement, ces plates-formes sont utilisées sept fois par an. En avril et octobre, une plate-forme sur les difficultés des ménages en matière de logement est déployée (elle est faite chaque mois d’avril et d’octobre depuis 2009). Elle est exploitée à l’Insee par la division Logement. En novembre, c’est une plate-forme sur les pratiques environnementales qui est reconduite (elle est faite chaque mois de novembre depuis 2008) à la demande du Service de l’Observation et des Statistiques (SoeS) du Commissariat général au développement durable du Ministère de l'environnement, de l'énergie et de la mer. Depuis juin 2016, une plate-forme trimestrielle sur le bien-être a été mise en place, à la demande du centre pour la recherche économique et ses applications (Cepremap). Elle est collectée chaque trimestre (en mars, juin, septembre et décembre).
Historique L'enquête de conjoncture auprès des ménages s'inscrit dans un dispositif mis en place par l'Insee depuis 1958 avec pour objectif de recueillir l'opinion des ménages sur certains indicateurs conjoncturels, d’étudier les intentions d'achats de biens d'équipement des ménages et les vacances des Français. A l'origine, l'enquête est semestrielle, puis elle devient quadrimestrielle à partir de 1965.
En 1972, elle est réalisée de manière harmonisée dans le cadre communautaire européen.
En janvier 1987, l'enquête devient mensuelle et prend le nom de CAMME. Son questionnaire est une reprise de la partie conjoncturelle de l'enquête quadrimestrielle, adaptée à la demande européenne.
En 2003, une refonte de l'enquête CAMME est conduite sous le triple objectif suivant :
adapter le questionnaire aux nouvelles demandes européennes ;
améliorer les traitements statistiques amont et aval ;
moderniser son traitement informatique.
Au cœur du dispositif, le module « conjoncture » est celui dans lequel sont introduites les principales modifications : alignement des périodes de référence à 12 mois, plus grande proximité des libellés à la version anglaise, et surtout ajout de deux questions quantitatives sur les prix : opinion chiffrée en pourcentage sur l’évolution des prix au cours des 12 mois passés, et au cours des 12 mois à venir. Ce module s'articule autour d'une partie « opinion sur la conjoncture générale en France » et d’une partie « opinion sur la situation économique du ménage ».
L’enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages (CAMME), pour laquelle l’Insee demande le renouvellement de l’avis d’opportunité du Cnis pour cinq ans, répond donc à une demande européenne, plus exactement de la Commission européenne. Elle fait ainsi partie du système européen harmonisé des enquêtes de conjoncture au même titre que dix autres enquêtes de conjoncture menées par l’Insee auprès des entreprises. Cette exigence européenne se traduit par un questionnement et un calendrier de diffusion très stricts.
Faits marquants précédentes éditions L'enquête fait l'objet d'une publication mensuelle dans la collection « Informations Rapides » de l'Insee, mise en ligne sur son site internet dans la semaine qui suit la collecte. Une publication mensuelle européenne est également mise en ligne sur le site de la Commission européenne dans la semaine qui suit la collecte.
Les fichiers de production et de recherche (FPR) des enquêtes mensuelles produites depuis 2004 sont mis à la disposition des chercheurs via le centre Maurice Halbwachs.
Origine de la demande La Commission européenne est à l’origine de la demande. Elle intègre depuis 1972 l’enquête CAMME parmi les 11 enquêtes de conjoncture réalisées par l’Insee au sein du système européen harmonisé des enquêtes de conjoncture. L’enquête est une réponse à un appel d’offre de la Commission européenne pour laquelle l’Insee reçoit une subvention.
Le questionnaire de l'enquête est entièrement défini par la Commission européenne.
Parallèlement, la division des Comptes trimestriels de l’Insee réalise certains traitements sur les données issues de CAMME : calculs des soldes d’opinion, désaisonnalisation des séries. La publication mensuelle dans « Informations Rapides », fréquemment commentée dans les médias sous la désignation de « moral des Français », est sous sa responsabilité.
Place dans un dispositif statistique L’enquête CAMME est la seule enquête qui permet de répondre à la demande de la Commission européenne.
L’enquête figure parmi les 11 enquêtes de conjoncture réalisées par l’Insee au sein du système européen harmonisé des enquêtes de conjoncture.
L’opportunité est demandée pour l’enquête de conjoncture auprès des ménages et ses plates-formes éventuelles, pour une période de cinq ans (2018 à 2022).
Extensions géographiques Une extension dans les DOM serait étudiée si la Commission européenne en faisait la demande.

Caractéristiques techniques

Caractéristiques techniques
Périodicité de l'enquête Mensuelle
Période de collecte L’enquête est réalisée chaque mois, y compris en août à partir de 2008. La période de collecte est d’environ trois semaines, depuis le début du mois jusqu’à une date fixée chaque année à partir du calendrier de diffusion très strict imposé par la Commission européenne.
Les ménages sont interrogés trois mois de suite. La collecte est réalisée par les enquêteurs de huit directions régionales. Elle est supervisée par le pôle national enquête ménages de Nancy.
Mode de collecte L’enquête est effectuée sous la forme d’un questionnaire informatisé (« capisé ») par téléphone par un enquêteur du réseau de l’Insee. C’est une enquête légère de courte durée : 13 minutes à la première interrogation, avec le module sociodémographique, 8 minutes aux deux suivantes. Sa périodicité et les exigences de rapidité de diffusion des résultats ont conduit depuis longtemps à réaliser l’enquête par téléphone. Une expérimentation internet a toutefois été conduite de mai à septembre 2015, dont un bilan est en cours de réalisation.
Comitologie Un comité de maintenance se réunit une fois par an. Il rassemble les responsables de l’enquête, les informaticiens de Lille , le pôle national d’enquêtes ménages de Nancy, la division Sondages et la division Recueil et traitement de l'information du département des méthodes statistiques, le département applications et projets, les comptes trimestriels.
Contraintes pour l'enquêté Les ménages sont enquêtés en trois vagues, trois mois de suite. Outre les questions de conjoncture posées à chaque interrogation, un module socio-démographique est posé uniquement en vague 1 (vague entrante). La durée d’enquête est en moyenne de 13 minutes en vague 1, de 8 minutes en vague 2 ou 3. La présence d’une plate-forme, un mois donné, peut faire augmenter la durée d’enquête au maximum de 8 minutes supplémentaires en moyenne.
Plan de sondage L’enquête CAMME est un panel rotatif durant 3 mois.
L'échantillon mensuel est constitué de 3 sous-échantillons :
le tiers "entrant" (1 100 ménages qui constituent la 1ère vague) correspond aux ménages interrogés pour la première fois ;
le tiers "médian" correspond aux ménages ayant répondu en 1ère vague (un peu plus de 500) et qui sont interrogés pour la deuxième fois (2ème vague) ;
le tiers "sortant" correspond aux ménages ayant répondu en 2ème vague (un peu plus de 500) et qui sont interrogés pour la dernière fois (3ème vague).
L’échantillon mensuel global est donc constitué d’environ 2 100 numéros. En moyenne, on obtient actuellement 1 600 questionnaires renseignés par mois.
Jusqu’à mi 2012, la base de sondage était constituée à partir de listes de numéros de téléphone (lignes fixes) tirées dans la base de données de France Télécom (18 millions d’abonnés) par la société Pages Jaunes Marketing Service (PJMS). L’utilisation des échantillons fournis par PJMS, pour l’enquête CAMME, soulevait cependant différentes questions :
une couverture partielle de la population (en plus des abonnés sur liste orange ou rouge, des non-utilisateurs d'une ligne téléphonique fixe ou des titulaires d'une ligne mobile uniquement,ceux qui avaient quitté l’opérateur historique pour des lignes totalement dégroupées ne pouvaient être sélectionnés) ;
une structure de population déformée avec une forte proportion de personnes âgées et de moins en moins de jeunes ;
un ciblage insuffisamment précis des ménages selon les enquêteurs, du fait notamment d’un nombre significatif de numéros non attribués et de numéros professionnels.
Il a donc été décidé en comité de pilotage de changer de méthode d’échantillonnage, en basculant à l’été 2012 vers des échantillons tirés dans les fichiers de la taxe d’habitation, dont on cherche ensuite le numéro sur le site des Pages Blanches (principe utilisé pour l’enquête ménage sur les Technologies de l’Information et de la Communication). Sans être exhaustive, cette méthode permet de couvrir une part plus large de la population, notamment chez les jeunes.
Un test avait été réalisé en novembre 2010 (collecte de l’enquête CAMME à partir d’un échantillon tiré dans la taxe d’habitation pendant la seconde quinzaine de novembre) afin de s'assurer qu'un tel changement n'introduirait pas de rupture de série.
Ce nouveau protocole ne permet toutefois pas de résoudre le problème de défaut de couverture dont souffre l'ensemble des enquêtes téléphoniques actuellement. Moins de 40 % des ménages sont aujourd'hui retrouvés dans l'annuaire téléphonique, et cette proportion est en constante diminution. De mai à septembre 2017, un nouveau test méthodologique est mené, qui vise à élargir le champ couvert par l'enquête, en utilisant les coordonnées téléphoniques présentes dans les fichiers de la taxe d'habitation, en complément des numéros de téléphone retrouvés dans l'annuaire. Ces deux sources d'information permettent actuellement de porter à plus de 70 % le champ couvert par l'enquête. Le test permettra d'étudier les difficultés que pourrait engendrer l'utilisation des numéros de téléphone issus des sources fiscales (listes rouges, numéros de portable, etc.) et d'évaluer le potentiel impact d'une extension du champ couvert par l'enquête sur la mesure actuelle du moral des ménages.

Service producteur et diffusion

Service producteur et diffusion
Service(s) producteur(s) Institut national de la statistique et des études économiques (Insee)

Avis d'opportunité

Avis d'opportunité
Date commission/formation 31/05/2017
Date début de validité 01/01/2018
Date fin de validité 31/12/2022
Commission Cnis Démographie et questions sociales
Télécharger l'avis ao_2017_insee_enquete_camme_vf (pdf - 241 Ko)

Avis de conformité (ou d'examen)

Avis de conformité (ou d'examen)
Date commission/avis 22/11/2017
Date début de validité 01/01/2018
Date fin de validité 31/12/2022
Commission label Ménages
Télécharger l'avis ac_2017_dsds_camme (pdf - 110 Ko)